Alcool et Autisme

Publié le : 

L’autisme, aussi connu sous le nom de trouble du spectre autistique ou TSA, est un trouble du développement qui touche un enfant sur 59. Les personnes atteintes de TSA peuvent présenter divers symptômes.

La gravité de ces symptômes peut varier considérablement. Parfois, ces symptômes peuvent amener la personne atteinte de TSA à dépendre d’une substance comme l’alcool pour soulager l’anxiété et les problèmes sensoriels liés aux TSA. Selon la gravité de ces dernières, en fonction de l’individu, le risque d’abus de substances et notamment d’alcool peut être beaucoup plus élevé que chez d’autres personnes.

Prévalence de l’abus d’alcool et de l’autisme

Une étude a montré que le risque de toxicomanie chez les personnes atteintes de TSA est deux fois plus élevé que chez les personnes non atteintes de TSA. Par ailleurs, une autre étude a révélé que 35 % des personnes ayant six traits autistiques ou plus avaient une dépendance à l’alcool, comparativement à 20 % des personnes n’ayant aucun trait autistique.

Cependant, le risque peut dépendre de la gravité des TSA d’une personne. Les médecins ne sont pas certains des traits de caractère des TSA qui peuvent rendre une personne plus susceptible de développer une dépendance à consommer de l’alcool ou d’autres substances addictives, et ceux qui peuvent la rendre moins susceptible de consommer des substances comme l’alcool. Par conséquent, d’autres recherches sont nécessaires sur le sujet.

L’abus d’alcool est-il un symptôme de l’autisme ?

L’autisme décrit un éventail de symptômes qui peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre. Toutefois, la plupart des symptômes de TSA sont liés à des difficultés au niveau :

– Compétences sociales
– Aptitudes à la communication
– Compétences émotionnelles

Ces difficultés peuvent amener une personne atteinte de TSA à présenter une variété de problèmes et de comportements anormaux. Certaines personnes atteintes d’autisme peuvent présenter des symptômes légers, tandis que d’autres peuvent présenter des symptômes majeurs. La consommation excessive d’alcool en soi n’est pas liée aux TSA.

Cependant, si une personne éprouve de l’anxiété ou des problèmes sensoriels en raison de ses symptômes de TSA, elle peut dans certains cas utiliser l’alcool comme mécanisme d’adaptation pour faire face à ces symptômes.

L’alcool affecte-t-il ou cause-t-il l’autisme ?

La consommation d’alcool pendant la grossesse est liée à de nombreux problèmes, mais les TSA n’en font pas partie. Les médecins ont mené de multiples études sur le sujet et sont arrivés à la conclusion qu’il n’y a aucun lien entre la consommation d’alcool pendant la grossesse et les TSA.

Toutefois, la consommation d’alcool peut affecter les symptômes des TSA. Par exemple, le manque de compétences sociales en est un symptôme courant. Par conséquent, si une personne atteinte de TSA éprouve de l’anxiété sociale et des difficultés à parler aux autres, la consommation d’alcool peut lui procurer un sentiment de détente. De ce fait, la consommation d’alcool peut masquer temporairement leurs symptômes de TSA.

Par ailleurs, certaines personnes atteintes de TSA peuvent se reposer sur l’alcool pour masquer leur anxiété pendant des années. Chez ces individus, la consommation d’alcool elle-même peut éventuellement devenir un problème. De même, de nombreuses personnes atteintes de TSA ont des problèmes sensoriels qui peuvent être réduits par l’alcool, qui déprime le système nerveux central.

Néanmoins, les symptômes des TSA peuvent ne pas disparaître complètement avec la consommation d’alcool. Parmi les signes indiquant qu’une personne qui boit beaucoup d’alcool peut être atteinte de TSA, mentionnons les suivants :

– Contact visuel qui ne semble pas normal
– Avoir des intérêts particuliers inhabituels
– Des schémas de langage inhabituels
– Style de conversation inhabituel

Syndrome d’alcoolisation fœtale et autisme

Le syndrome d’alcoolisation fœtale, ou SAF, et l’autisme, sont des troubles non apparentés qui partagent certains symptômes. Les enfants nés de mères ayant consommé de l’alcool pendant leur grossesse sont à risque de souffrir du SAF. Cependant, des études ont montré que ces enfants ne courent pas un risque plus élevé d’être atteints de TSA.
Les symptômes que le SAF et les TSA ont en commun chez certains enfants comprennent :

– Problèmes sensoriels
– Retards de développement
– Problèmes de réflexion et de prise de décision
– Problèmes sociaux

Toutefois, il y a une différence entre l’autisme et le syndrome d’alcoolisation fœtale. Par exemple, le SAF et les TSA entraînent souvent différents types de problèmes sociaux :

– Une personne atteinte de TSA est plus susceptible de sembler distante et détachée dans les situations sociales
– Une personne atteinte du SAF est plus susceptible d’avoir l’air trop amicale et de ne pas avoir de frontières sociales communes
– De plus, une personne atteinte de TSA est plus susceptible d’avoir un QI non verbal plus élevé que son QI verbal. À contrario, une personne atteinte du SAF est susceptible d’avoir un QI verbal plus élevé qu’un QI non verbal.
– Enfin, bien qu’il ne soit pas impossible pour quelqu’un d’avoir le SAF et des TSA en même temps, cela reste relativement rare.

Traitement de l’autisme et de l’alcoolisme

La thérapie est un traitement de base pour les TSA. La thérapie cognitivo-comportementale étant notamment utile chez certaines personnes atteintes de ce trouble.
En outre, selon les symptômes des TSA, des médicaments peuvent parfois être utilisés. Par exemple, si une personne atteinte de TSA présente des symptômes qui lui causent de l’anxiété ou de la dépression, un antidépresseur peut être administré.

De même, la thérapie est un traitement de base de l’abus d’alcool. Quelquefois, des médicaments peuvent être utilisés pour aider la personne à éviter sa consommation d’alcool à l’avenir.

Points clés : Autisme et alcool

Les points importants à retenir au sujet de l’alcool et de l’autisme sont les suivants :

– Les TSA sont des troubles courants qui se manifestent par une grande variété de symptômes
– Les personnes atteintes de TSA sont plus susceptibles d’avoir des troubles liés aux substances et à l’alcool, surtout lorsque leurs symptômes sont légers
– Une personne atteinte de TSA peut être amenée à boire pour masquer son anxiété ou ses problèmes sensoriels
– Bien que le SAF et les TSA aient certains symptômes en commun, ils n’ont par ailleurs aucun lien de parenté
– Enfin, la thérapie est un traitement de base pour les TSA et la dépendance à l’alcool.

Articles populaires

Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ?

N'importe où dans le monde, les femmes vivent plus...

Les aliments cancérigènes que vous avez probablement déjà consommé

Nous entendons souvent des gens dire "attention cet aliment...

9 aliments mauvais pour le cerveau

Le cerveau est l'organe le plus important du corps...

Les dangers de l’alcool sur le cerveau

Un verre de vin avec le dîner, une bière...