Huile d’olive et cancer

Publié le 

Le cancer est l’une des principales causes de mortalité dans les pays développés et son incidence est en augmentation.

Il est maintenant admis qu’il existe un lien entre l’alimentation et le développement d’un grand nombre de tumeurs malignes. L’oxydation cellulaire est l’un des principaux risques de formation du cancer : plus la cellule est sensible à l’oxygène, plus le risque de cancer est élevé.

Les types de cancer les plus étroitement associés à l’alimentation sont le cancer du côlon-rectal, de la prostate et du sein.

Le type de graisse que l’on consomme semble avoir plus d’implications sur le risque de cancer que la quantité de graisse que l’on consomme.

Qu’est-ce que le cancer ?

Une tumeur est un gonflement ou un élargissement anormal d’une partie des tissus du corps. Les tumeurs peuvent être bénignes ou malignes.

Les tumeurs bénignes sont des tumeurs dont les cellules restent à leur endroit d’origine. Elles forment une masse cellulaire localisée qui, lorsqu’elle grandit, s’encapsule et provoque très rarement la mort.

Les tumeurs malignes ou cancéreuses, par contre, envahissent les tissus où elles se développent. Souvent, elles passent dans la circulation sanguine et le système lymphatique, formant des tumeurs secondaires à d’autres endroits, connus sous le nom de métastases. La vitesse de croissance et les métastases varient selon le type de tumeur.

Divers facteurs environnementaux (facteurs physiques : rayonnement ; facteurs chimiques : certains constituants des aliments) et facteurs génétiques rentrent en jeu dans la formation des tumeurs. Dans la plupart des types de cancer, les facteurs environnementaux sont les plus importants.

Huile d’olive et cancer

Des études suggèrent que l’huile d’olive exerce un effet protecteur contre certaines tumeurs malignes (sein, prostate, endomètre, tube digestif, etc.).

Un certain nombre d’études ont démontré que l’huile d’olive réduit le risque de cancer du sein. Manger sainement avec de l’huile d’olive comme principale source de graisse pourrait réduire considérablement l’incidence du cancer.

La raison en est que les mutations cellulaires causées par le cancer sont en partie dues aux toxines qui, lorsqu’elles sont consommées par l’alimentation, attaquent l’ADN.

En passant à travers le foie, ces toxines produisent des radicaux libres qui attaquent ensuite l’ADN. Pour combattre ces radicaux libres, l’organisme a besoin de vitamines et d’antioxydants comme ceux contenus dans l’huile d’olive.

Il a également été rapporté qu’un régime riche en huile d’olive est associé à un risque réduit de cancer de l’intestin. L’effet protecteur de l’huile d’olive est indépendant de la quantité de fruits et légumes consommés dans l’alimentation.

Des études récentes ont démontré que l’huile d’olive protège contre le cancer du côlon.

Dernièrement, la recherche s’est penchée sur les implications métaboliques des graisses, plus particulièrement sur le rôle protecteur de l’huile d’olive dans les maladies chroniques du foie et dans le trouble de l’intestin connu sous le nom de maladie de Crohn.

Les résultats ont montré les effets bénéfiques de l’huile d’olive sur les lésions précancéreuses. Après avoir analysé trois types d’alimentation, les chercheurs sont parvenus à diverses conclusions.

Le régime alimentaire à base d’huile d’olive a réduit le nombre de lésions cancéreuses (le nombre de tumeurs qui se sont développées était significativement bas) et les tumeurs étaient moins agressives.

Cet effet bénéfique pourrait être lié à l’acide oléique, l’acide gras monoinsaturé prédominant dans l’huile d’olive. Il a été observé que cet acide gras diminue la production de prostaglandines dérivées de l’acide arachidonique, qui joue à son tour un rôle important dans la production et le développement des tumeurs.

Toutefois, il n’est pas exclu que d’autres constituants de l’huile d’olive, tels que les antioxydants, les flavonoïdes, les polyphénols et le squalène puissent également avoir une influence positive.

La communauté scientifique pense que le squalène a un effet favorable sur la peau en réduisant l’incidence des mélanomes.

L’huile d’olive ajoute également du goût aux légumes et aux légumineuses dont les bienfaits dans la prévention du cancer ont été largement prouvés.

Il reste encore beaucoup à découvrir sur la manière dont l’huile d’olive affecte le cancer et les données concrètes manquent encore sur les mécanismes derrière le rôle bénéfique qu’elle joue dans la prévention ou l’inhibition de la croissance des différents types de cancer.

Toutefois, selon les informations disponibles actuellement, l’huile d’olive pourrait permettre de lutter contre les différentes étapes du processus de formation du cancer.

Articles populaires

Les aliments cancérigènes que vous avez probablement déjà consommé

Nous entendons souvent des gens dire "attention cet aliment est cancérigène" ou "manger cela cause le cancer", mais beaucoup d'entre nous ne savent pas...

Les dangers de l’alcool sur le cerveau

Un verre de vin avec le dîner, une bière après le travail, un cocktail en vacances : L'alcool est profondément ancré dans la culture...

Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ?

N'importe où dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes.Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'espérance de vie moyenne à...

La viande rouge est-elle cancérigène ?

Vous connaissez probablement les mises en garde des nutritionnistes contre une consommation excessive de viande rouge. Ces mises en garde concernent notamment le bœuf,...

Quels fruits et légumes contiennent le plus de pesticides et comment les réduire ?

La consommation de fruits et de légumes est essentielle à une alimentation saine, mais tous les consommateurs ne sont pas conscients de la quantité...