Accueil Santé Combien de temps la méthadone reste-t-elle dans l'organisme ?

Combien de temps la méthadone reste-t-elle dans l’organisme ?

La méthadone est un opioïde ou un narcotique utilisé pour traiter la douleur et aider les personnes à lutter contre l’addiction à d’autres substances, comme l’héroïne.

Elle aide notamment à réduire les symptômes de sevrage chez les personnes qui sont devenues dépendantes aux narcotiques, sans produire un sentiment d’euphorie.

Lorsqu’elle est utilisée pour soulager la douleur, la méthadone ne devrait être prescrite qu’aux personnes souffrant de douleur chronique de longue durée et qui n’ont pas répondu aux autres modes de traitement.

Spécificités de la méthadone

La méthadone est le plus souvent prescrite sous forme de comprimé ou de solution à prendre par voie orale. Dans certains cas, les médecins peuvent administrer des doses du médicament par injection.

La méthadone est un médicament couramment prescrit, notamment car elle est habituellement plus rentable que d’autres analgésiques sur ordonnance. Les effets de la méthadone se font ressentir dans les 30 minutes et durent de 8 à 12 heures. Le médecin prescripteur doit surveiller étroitement les doses et les effets et peut ajuster la prescription au besoin.

La méthadone agit en affectant les réactions du cerveau et du système nerveux à la douleur. Elle permet de bloquer les symptômes douloureux du sevrage des opioïdes, ainsi que les effets euphoriques.

Effets secondaires de la méthadone

Les effets secondaires courants de l’usage de la méthadone comprennent :

  • Étourdissements
  • Fatigue
  • Transpiration
  • Éruption cutanée ou urticaire
  • Douleur thoracique
  • Hallucinations
  • Troubles du sommeil
  • Constipation
  • Nausées
  • Vomissements
  • Difficulté à respirer

Combien de temps la méthadone reste-t-elle dans le corps ?

De nombreux facteurs influent sur la durée pendant laquelle la méthadone reste dans l’organisme. Les facteurs de santé individuels, comme l’âge, le poids, le métabolisme, la fonction hépatique et d’autres affections, ainsi que la durée d’utilisation de la méthadone, la fréquence d’utilisation, la quantité posologique et l’utilisation simultanée de toute autre substance, ont tous une incidence sur la rapidité avec laquelle la méthadone est traitée par votre organisme.

Selon tous ces facteurs, la durée durant laquelle méthadone reste dans l’organisme peut varier de 2 à 13 jours.

Test de dépistage de la méthadone

Bien que la méthadone soit généralement éliminée de l’organisme en moins de deux semaines, des traces peuvent subsister beaucoup plus longtemps, selon le type de test utilisé. Les employeurs, les programmes de traitement de la toxicomanie, les organismes sportifs et les responsables de l’application de la loi peuvent tous vous demander de faire un test de dépistage de la méthadone.

Bien que les tests de dépistage des drogues standard servent souvent à dépister la consommation d’opioïdes, comme l’héroïne, la codéine et la morphine, ils ne sont généralement pas en mesure de contrôler la consommation de méthadone.

Pour cette raison, des tests spécifiques et plus coûteux doivent être utilisés pour dépister l’usage de méthadone. Des analyses d’urine, de salive, de cheveux et de sang peuvent être utilisés pour déceler la présence de méthadone dans l’organisme.

Tests d’urine : Les tests d’urine sont la forme la plus courante de dépistage de l’usage de la méthadone. La fenêtre de détection de l’urine dans l’organisme est d’une heure à deux semaines après la dernière consommation. Étant donné que les tests urinaires sont non invasifs, faciles à faire, relativement peu coûteux et qu’ils ont une longue période de détection, ils constituent habituellement le test de préférence pour le dépistage de la méthadone.

Tests de salive : Les tests de salive offrent un moyen pratique et non invasif d’évaluer la prise de la méthadone. Des traces de méthadone peuvent être détectées dans la salive 30 minutes après la consommation et rester détectables pendant quelques jours.

Test capillaire : Les tests capillaires sont les plus précis pour vérifier la consommation de méthadone au fil du temps. Une personne qui a l’habitude de consommer de la méthadone depuis longtemps aura des traces de méthadone dans ses cheveux. En revanche, pour une personne qui vient de commencer à prendre de la méthadone, cela peut prendre jusqu’à deux semaines avant que la méthadone n’apparaisse dans ses cheveux. Les tests capillaires sont utiles pour tester l’usage à long terme de la méthadone, car des traces de la drogue resteront dans les cheveux pendant de nombreux mois après la dernière utilisation.

Une prise de sang : La méthadone peut être détectée dans le sang dans les 30 minutes suivant la dernière utilisation et rester détectable jusqu’à quelques jours. Bien que les tests sanguins soient très précis, ils sont coûteux, invasifs et ont une fenêtre de détection relativement courte, de sorte qu’ils ne sont pas couramment utilisés pour tester la méthadone.

Il est généralement admis que la méthadone est éliminée de l’organisme en deux semaines (excepté pour les cheveux). En comparaison, Suboxone, un autre médicament pharmaceutique utilisé pour le traitement de la dépendance aux opioïdes, est censé être éliminée de l’organisme dans les neuf jours, bien que cela puisse parfois prendre jusqu’à deux semaines.

L’héroïne, par contre, est une drogue très toxicomanogène dérivée de la morphine, et sa demi-vie est beaucoup plus courte que la méthadone et le Suboxone. Elle peut disparaître de votre organisme en moins d’une heure.

Addiction à la méthadone

Comme tous les narcotiques, la méthadone peut entraîner une dépendance et une surdose. Elle doit être prise exactement comme indiqué par votre professionnel de santé et pas plus longtemps que nécessaire.

Des antécédents de consommation d’alcool, des problèmes de santé mentale et des problèmes cardiaques ou respiratoires peuvent augmenter vos risques d’éprouver des effets secondaires indésirables.

La dépendance physique à la méthadone survient généralement si elle est prise régulièrement pendant une période prolongée. Une fois que la dépendance physique s’installe, il est probable que vous ressentirez des symptômes de sevrage lorsque vous cesserez de prendre de la méthadone.

La chronologie des symptômes de sevrage est semblable à celle des opiacés, ces symptômes commenceront à se faire sentir probablement dans les deux jours suivant la dernière consommation et dureront de 7 à 10 jours.

Même si vous commencez à éprouver des symptômes de sevrage, il est important de consulter votre professionnel de la santé avant d’arrêter le médicament. Des effets secondaires graves, comme une déshydratation extrême, sont survenus chez des personnes qui ont brusquement cessé de prendre de la méthadone.

Les symptômes courants de sevrage à la méthadone comprennent :

  • Tremblements
  • Crampes d’estomac
  • Diarrhée
  • Anxiété
  • Troubles du sommeil
  • Perte d’appétit
  • Sensation de froid
  • Transpiration
  • Nausées et vomissements
  • Douleurs corporelles
  • Yeux larmoyants et nez qui coule
  • Augmentation de la respiration et du rythme cardiaque

La méthadone doit être surveillée de près par les fournisseurs de soins de santé et ne doit être utilisée que pendant une courte période de temps, de sorte que la dépendance soit moins susceptible de survenir. Cependant, qu’elle soit utilisée à des fins médicales ou récréatives, une surdose peut survenir.

Les symptômes de surdosage à la méthadone comprennent :

  • Fatigue
  • Douleur thoracique
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Sévère somnolence
  • Diminution de la fréquence cardiaque
  • Nausées et vomissements
  • Perte de conscience
  • Peau froide et moite
  • Respiration très lente

Désintoxication et traitement

Bien que la méthadone soit utilisée pour traiter la dépendance à d’autres drogues opioïdes, elle peut elle aussi entraîner une dépendance. La désintoxication médicalement assistée peut être nécessaire dans le cas d’une dépendance à la méthadone.

Un autre médicament, comme le Suboxone, peut être prescrit pour aider les personnes à arrêter la méthadone. S’il y a lieu, les fournisseurs de soins de santé peuvent plutôt choisir de diminuer graduellement votre dose de méthadone jusqu’à ce que vous cessiez complètement de prendre le médicament.

Ces deux méthodes visent à réduire la gravité des symptômes de sevrage pendant le processus de désintoxication. Lorsque les symptômes de sevrage sont moins graves, les personnes sont plus susceptibles de poursuivre le traitement, de rester sobres et d’éviter les rechutes futures.

Après le processus de désintoxication, le traitement de la dépendance peut commencer. Il existe de nombreux programmes de traitement pour aider les personnes et les accompagner tout au long du processus contre la dépendance à la méthadone. N’hésitez pas à consulter votre médecin généraliste pour recevoir l’aide nécessaire.

Auteur de l'article

Date de publication

Catégorie

Articles populaires

Les dangers de l’alcool sur le cerveau

Un verre de vin avec le dîner, une bière après le travail, un cocktail en vacances : L'alcool est profondément ancré dans la culture...

9 aliments mauvais pour le cerveau

Le cerveau est l'organe le plus important du corps humain, et comme tous nos organes, il peut être affecté par ce que l'on mange....

Les aliments cancérigènes que vous avez probablement déjà consommé

Nous entendons souvent des gens dire "attention cet aliment est cancérigène" ou "manger cela cause le cancer", mais beaucoup d'entre nous ne savent pas...

La viande rouge est-elle cancérigène ?

Vous connaissez probablement les mises en garde des nutritionnistes contre une consommation excessive de viande rouge. Ces mises en garde concernent notamment le bœuf,...

Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ?

N'importe où dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes.Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'espérance de vie moyenne à...