Les dangers et les risques de l’huile d’olive

Publié le 

Beaucoup d’entre nous aiment tout ce qui est italien, des Ferrari à l’huile d’olive.

L’industrie de l’huile d’olive et les médias nous encouragent à en consommer avec des articles affirmant que l’alimentation à base d’huile d’olive est la plus saine qui soit, et que l’huile d’olive est une “excellente” graisse.

Le problème, cependant, c’est que de nombreux journalistes ne dissèquent pas complètement les études scientifiques qu’ils relatent. Les communiqués de presse ne sont pas remis en question, les gros titres deviennent sensationnels, les faits sont déformés et la vérité également.

Dans cet article, nous allons répondre au battage médiatique sur l’huile d’olive pour vous aider à mieux comprendre ce qui est vrai à propos de cette graisse dite “saine”, et ce qui ne l’est pas.

Rumeur : L’huile d’olive protège contre le risque de crise cardiaque

Vérité : L’huile d’olive n’est pas bonne pour le cœur.
Oui, les aliments riches en gras monoinsaturés comme l’huile d’olive peuvent être meilleurs que les aliments riches en gras saturés et en gras trans, mais ce n’est pas parce que quelque chose est “meilleur” qu’il est bon pour vous.

Par exemple, les cigarettes qui contiennent moins de nicotine et de produits chimiques toxiques que les cigarettes traditionnelles favorisent tout de même le cancer du poumon.

De “meilleurs” gras monoinsaturés comme l’huile d’olive peuvent quand même entraîner des maladies au niveau du coeur.

Etude de cas chez le singe

Dans une étude, des scientifiques ont nourri des singes avec une alimentation riche en graisses monoinsaturées pendant cinq ans. Les résultats finaux de l’étude ont révélé que les singes avaient développé de vastes plaques d’athérosclérose dans leurs artères coronaires.

Les scientifiques savent depuis longtemps que les singes qui mangent des aliments riches en gras et en cholestérol développent l’athérosclérose tout comme les humains. De plus, les lipides sanguins (taux de cholestérol sanguin) des singes réagissent à différents types de graisses de la même façon que ce qu’ont pu observer les chercheurs sur les humains.

Cette même étude sur les singes comparant l’impact de différents types de graisses sur les lipides sanguins et l’athérosclérose a fait des observations qui peuvent paraître troublantes si vous êtes un fan d’huile d’olive et d’autres sources de soi-disant “bons” gras monoinsaturés.

Comparativement aux singes nourris avec le régime riche en graisses saturées, les singes nourris avec le régime riche en graisses monoinsaturées avaient des taux de mauvais cholestérol LDL et de bon cholestérol HDL inférieurs et supérieurs (semblables à ce qui se produit dans les études chez les humains).

Et par rapport aux singes nourris avec une alimentation riche en graisses polyinsaturées, les singes nourris avec une alimentation riche en graisses polyinsaturées avaient des HDLs presque deux fois plus élevés (tout comme les humains, à nouveau).

Il est important de noter que les trois régimes alimentaires (comme notre alimentation humaine typique en occident) étaient riches en cholestérol alimentaire et, bien sûr, les trois groupes de singes avaient des taux de LDL élevés. Il n’est donc pas surprenant qu’à l’autopsie, les chercheurs aient découvert des plaques d’athérosclérose dans les trois groupes de singes.

Ce qui est surprenant en revanche, c’est que le groupe de singe qui avait beaucoup moins d’athérosclérose que les deux autres était celui qui présentait les taux de bon cholestérol HDL les plus bas, et de loin. C’était le groupe riche en gras polyinsaturés.

D’après certains scientifiques, il est fort probable que l’apport plus élevé en acides gras polyinsaturés essentiels de ce groupe a fourni une certaine protection contre l’augmentation du cholestérol sanguin de leur apport élevé en cholestérol alimentaire.

Graisses monoinsaturées VS graisses saturées

Ce qui est encore plus surprenant dans l’étude, c’est que le régime riche en gras monoinsaturés et le régime riche en gras saturés étaient tout aussi dommageables pour les singes.

Les singes nourris de gras monoinsaturés ont développé des quantités équivalentes d’athérosclérose coronarienne que ceux nourris de gras saturés.

Comme le démontre cette très importante étude à long terme sur les singes, de “meilleurs” lipides sanguins ne conduisent pas nécessairement à de meilleures artères.

Bien que les singes qui suivaient un régime riche en mono-graisses présentaient des LDL et des HDL plus faibles que les singes qui suivaient un régime riche en gras saturés, les deux groupes ont subi le même nombre de dommages à leurs artères.

D’après certains médecins, les données scientifiques à l’appui des allégations selon lesquelles les gras monoinsaturés protègent le cœur sont faibles.

Études humaines

Plusieurs études chez l’homme ont également semé le doute sur les prétendues bienfaits cardiovasculaires de l’huile d’olive.

Lorsque des chercheurs ont comparé les résidents de Crète (en Grèce) qui souffraient de maladies cardiaques à ceux qui n’en souffraient pas, ils ont constaté que les résidents atteints de maladies cardiaques avaient un régime alimentaire avec des apports quotidiens significativement plus élevés de graisses monoinsaturées (principalement de l’huile d’olive) ainsi que des apports en graisses supérieurs dans leur ensemble.

Avantages marginaux

Une étude de la Harvard Medical School (aux Etats-Unis) a analysé les habitudes et la santé de près de 90 000 infirmières américaines, les résultats ont révélé que celles qui consommaient de l’huile d’olive n’étaient que légèrement en meilleure santé que celles qui suivaient un régime américain typique riche en gras saturés.

Il y a également lieu de croire que les bienfaits modestes pour la santé associés à la consommation d’huile d’olive sont en grande partie dus aux produits chimiques végétaux bénéfiques, tels que les polyphénols et les stérols végétaux, que l’on trouve dans les huiles d’olive vierges extra, mais ces produits chimiques végétaux sont largement perdus dans les huiles d’olive “légères” plus traitées.

Ces produits phytochimiques peuvent fournir une certaine protection contre les effets nocifs causés par la consommation d’un repas riche en graisses.

Dilatation des artères

Une autre étude a examiné dans quelle mesure les artères des personnes pouvaient se dilater pour s’adapter à un débit sanguin accru après avoir mangé plusieurs repas différents. Chaque repas mettait l’accent sur une composante différente du régime méditerranéen. Après le repas riche en huile d’olive, la capacité des artères à se dilater était significativement altérée.

Ce repas riche en huile d’olive augmentait les lipides sanguins et paralysait le fonctionnement de l’endothélium (la peau interne des artères), réduisant ainsi la circulation sanguine et la capacité des artères à délivrer plus de sang aux tissus.

La recherche a montré que les choses qui altèrent la fonction endothéliale à court terme contribuent généralement à l’obstruction des artères à long terme. Aucun problème d’altération de la fonction endothéliale n’est apparu avec les autres repas qui mettaient l’accent sur d’autres parties du régime méditerranéen, comme les légumes et les fruits.

D’après plusieurs chercheurs, les composantes bénéfiques du régime méditerranéen semblent être les aliments riches en antioxydants qu’il contient, notamment les légumes, les fruits et leurs dérivés comme le vinaigre et les poissons riches en oméga-3. Ces aliments semblent offrir une certaine protection contre l’altération directe de la fonction endothéliale produite par les aliments riches en matières grasses, y compris l’huile d’olive.

En d’autres termes, si vous versez de l’huile d’olive sur un régime déjà mauvais (un régime généralement pauvre en fruit et légume) vous ne faîtes qu’empirer ce régime.

Non protectrice

Une étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology a révélé que les problèmes de dilatation des artères étaient pire après la consommation d’huile d’olive. Dans l’étude, cinq cuillères à café d’huile d’olive avalées après des repas de salami et de fromage n’ont pas aidé les artères à se détendre.

Cette recherche et d’autres données indiquent que l’huile d’olive ne protège pas le cœur. Certains cardiologues recommandent de privilégier le poisson ainsi que d’autres aliments riches en d’acides gras oméga-3 au lieu de l’huile d’olive, et de manger chaque jour beaucoup de fruits, légumes et grains entiers.

Deux cuillères à soupe d’huile d’olive contiennent 240 calories

Plus fondamentalement, l’huile d’olive, comme toutes les huiles et graisses, est une source concentrée de calories.

Avec plus de 884 calories par 100 ml, l’huile d’olive est beaucoup plus dense en calories que le sucre raffiné pur, qui contient 387 calories par 100 grammes.

En raison de sa densité calorique extrêmement élevée, ajouter de l’huile d’olive à tout aliment ou repas augmentera considérablement sa densité calorique. Néanmoins, avec modération, l’huile d’olive ne fait pas nécessairement grossir.

L’huile est l’aliment le plus riche en calories sur Terre

Plusieurs études ont montré qu’une alimentation trop riche en matières grasses augmente la quantité totale de calories que les gens ont tendance à consommer à chaque repas avant de se sentir rassasiés.

Par conséquent, consommer beaucoup d’huile d’olive (ou toute autre graisse) peut facilement causer un gain de poids et de l’obésité, ce qui conduit directement à une mauvaise santé cardiaque.

En effet, le gain de poids augmente la résistance à l’insuline chez de nombreuses personnes et entraîne divers changements métaboliques qui favorisent les maladies du cœur, notamment des taux plus élevés de cholestérol et de triglycérides, ainsi que des taux plus élevés de marqueurs liés à une inflammation chronique, comme les cytokines inflammatoires.

En fin de compte : La recherche a montré chez l’homme et chez certains animaux que les régimes riches en graisses et en cholestérol favorisent l’athérosclérose.

En revanche, d’autres études menées chez les animaux et les humains ont démontré qu’une alimentation très faible en graisses et en cholestérol total peut non seulement prévenir l’athérosclérose, mais aussi réduire la plaque et l’athérosclérose.

Lire aussi : L’huile d’olive fait-elle grossir ou maigrir ?

Rumeur : L’huile d’olive ne favorise pas l’inflammation

Vérité : Tous les régimes riches en matières grasses favorisent l’inflammation.

Le transport des graisses dans le sang après des repas riches en graisses (y compris les repas riches en huile d’olive) peut endommager nos artères et favoriser les maladies cardiaques, car elles augmentent l’inflammation.

Et repas après repas, année après année, des aliments riches en graisses et en calories favorisent la prise de poids, ce qui entraîne des changements indésirables dans les lipides sanguins ainsi qu’une augmentation des niveaux de substances inflammatoires dans le sang.

Ce qui est plus intrigant en revanche, c’est que les repas riches en graisses augmentent l’inflammation même lorsque l’apport calorique est restreint et que l’on perd du poids.

Dans une étude publiée dans le Journal of the American College of Nutrition, une alimentation riche en matières grasses a augmenté de 25% la teneur en protéines inflammatoires (CRP) dans le sang malgré le fait que les sujets aient perdu du poids. En revanche, les taux de CRP ont chuté de 43% lorsque les sujets ont perdu la même quantité de poids en suivant un régime faible en gras et riche en glucides.

Les substances inflammatoires favorisent la croissance des plaques

Alors que les preuves s’accumulent pour affirmer que les substances inflammatoires dans le sang favorisent la croissance des plaques et la formation de caillots, ce qui augmente probablement le risque de crise cardiaque, certains médecins commencent à s’interroger sur les soi-disant bienfaits de certaines matières grasses pour la prévention de la crise cardiaque ou de l’AVC.

Une étude publiée dans le Journal of Lipid Research a clairement démontré chez l’animal qu’un régime riche en matières grasses favorisait l’absorption des lipopolysaccharides (LPS), des substances toxiques qui font partie des membranes des cellules bactériennes. Des niveaux élevés de LPS déclenchent l’augmentation de l’inflammation par les cellules immunitaires.

Chylomicrons

Cette étude a également démontré que l’acide oléique, un acide gras monoinsaturé (l’huile d’olive contient 78 % d’acide oléique) a entraîné une augmentation marquée des LPS fixés aux chylomicrons dans la circulation sanguine.

Les chylomicrons, aussi connus sous le nom de résidus de cholestérol, sont de grosses particules lipoprotéiques riches en gras qui, selon les recherches, contribuent à la croissance des plaques remplies de cholestérol. Après un repas riche en graisse, le sang est tellement rempli de chylomicrons qu’il devient laiteux, comme un milk-shake à la fraise.

Ni les protéines ni les glucides ne déclenchent la production de chylomicrons. Seuls les acides gras à longue chaîne, qui constituent la grande majorité de toutes les graisses et huiles d’origine naturelle, le font.

Près de trois fois plus de risques de problèmes cardiaques

Une étude a démontré à quel point les résidus de cholestérol comme les chylomicrons peuvent être dangereux. Les chercheurs ont suivi près de 12 000 personnes au Danemark qui avaient une maladie coronarienne, diagnostiquée entre 1976 et 2010. Les chercheurs ont découvert que chaque augmentation de 1 mmol (38,7 mg/dl) du cholestérol résiduel causait un risque presque trois fois plus élevé de maladie coronarienne.

Il faut approfondir la recherche pour mieux élucider le mécanisme par lequel les graisses alimentaires favorisent l’inflammation et peuvent augmenter le risque d’événements cardiovasculaires.

Cependant, pour certains médecins, il est peut-être temps de s’interroger sur les prétendus bienfaits des régimes alimentaires contenant 20 à 35 % de matières grasses ou plus pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires et/ou de diabète de type 2.

Des régimes aussi riches en matières grasses semblent augmenter considérablement l’inflammation dans l’organisme. De plus, l’inflammation est liée non seulement à une augmentation des maladies cardiovasculaires, mais aussi à l’insulinorésistance et au diabète de type 2.

Rumeur : L’huile d’olive est particulièrement saine pour le cœur parce qu’elle est riche en polyphénols et en phytostérols.

Vérité : Tous les aliments végétaux sont riches en polyphénols et phytostérols (stérols végétaux), et la plupart fournissent beaucoup plus de polyphénols et de phytostérols (avec beaucoup moins de calories) que l’huile d’olive.

Les polyphénols sont des composés végétaux antioxydants qui sont liés à une meilleure santé cardiaque, y compris une diminution du stress oxydatif. Le stress oxydatif est un processus qui enflamme les artères et augmente le risque de crise cardiaque. Les phytostérols sont un autre produit chimique végétal qui interfère avec l’absorption du cholestérol par l’intestin et aide à réduire le cholestérol LDL.

Mais le problème est le suivant : si vous comptez sur l’huile d’olive pour vos polyphénols et phytostérols, vous devez consommer beaucoup plus de calories pour obtenir une quantité décente de ces produits phytochimiques, et consommer beaucoup de calories entraîne une prise de poids qui est nocive pour la santé cardiaque.

Une simple cuillère à soupe d’huile d’olive fournit 120 calories pour seulement 30 mg de polyphénols / phytostérols. En revanche, seulement 11 calories de laitue verte vous procurent à peu près la même quantité de polyphénols et de stérols végétaux.

De façon générale, les aliments liés à une meilleure santé sont les aliments riches en toutes sortes de nutriments (vitamines, minéraux, fibres, polyphénols, bêta-carotène, etc) comme les légumes-feuilles.

Rumeur : L’huile d’olive abaisse votre “mauvais” cholestérol LDL.

Vérité : L’huile d’olive, en soi, ne réduit pas le cholestérol LDL.

Dans presque toutes les études visant à démontrer que les personnes ou les animaux ont abaissé leur taux de mauvais cholestérol LDL après avoir commencé à utiliser de l’huile d’olive, les sujets ont utilisé de l’huile d’olive à la place d’autres graisses alimentaires, souvent des graisses saturées comme le beurre ou l’huile de noix de coco.

Bien sûr, le taux de cholestérol LDL va baisser lorsque l’huile d’olive remplacera le beurre. La quantité totale de gras saturés et/ou de cholestérol dans l’alimentation est réduite lorsque le beurre est enlevé.

Mais le fait est que : Si vous remplacez l’huile d’olive dans votre alimentation par des haricots (calorie pour calorie), votre alimentation enrichie en huile d’olive finira par produire des taux de cholestérol LDL beaucoup plus élevés que votre alimentation riche en haricots.

Est-ce que cela signifie que l’huile d’olive augmente le cholestérol LDL ? Oui, comparé aux haricots, mais elle réduit le cholestérol LDL par rapport au beurre.

En vérité, ce n’est pas l’ajout d’huile d’olive à un régime qui réduit le taux de cholestérol LDL lorsqu’elle remplace le beurre ou l’huile de noix de coco. Il s’agit plutôt de la diminution des graisses obstruant les artères.

Rumeur : Le régime méditerranéen est un régime sain pour le cœur, riche en huile d’olive, donc l’huile d’olive doit être saine pour le cœur

Vérité : Les gens sur terre qui ont la plus longue espérance de vie et le moins de maladies cardiaques n’ont pas une alimentation riche en huile d’olive ou en graisse. Ils ont un régime alimentaire riche en aliments entiers et naturels comme les légumes, les fruits, les grains entiers et les haricots.

Dans les années 1950, Ancel Keys et ses collègues scientifiques ont observé que les personnes vivant en Méditerranée, en particulier sur l’île de Crète, avaient très peu de maladies cardiaques. Et c’est vrai, leur régime alimentaire se composait d’huile d’olive, mais ils consommaient aussi une abondance de fruits, de légumes, d’herbes, d’épices, de gros pains de grains entiers, d’haricots et de poisson. Ils marchaient également environ 14 kilomètres par jour, souvent derrière un bœuf et une charrue.

Mais beaucoup de choses ont changé en Crète (et dans toute la Méditerranée) depuis lors. Aujourd’hui, les Crètois consomment encore beaucoup d’huile d’olive, mais leur consommation d’aliments entiers et naturels a beaucoup diminué, tout comme leur activité physique.

Les nouveaux aliments de base de l’île sont la viande et le fromage. Aujourd’hui, plus de 60% de la population adulte de Crète (et une proportion alarmante de 50% de ses enfants) souffrent d’embonpoint.

Et le maintien d’une alimentation riche en huile d’olive les a-t-il sauvés de la maladie ? Pas du tout. Au cours des dernières années, les taux de maladies cardiaques, de diabète et d’hypertension ont grimpé en flèche sur l’île.

L’huile d’olive n’est pas une solution miracle

Le fait est que l’huile d’olive n’est pas la solution miracle qui a rendu les populations du pourtour méditerranéen en si bonne santé dans les années 1950.

L’huile d’olive n’était qu’un élément parmi d’autres du régime méditerranéen, comme l’abondance de fruits, de légumes, de grains entiers et d’exercice physique, qui ont rendu les populations méditerranéennes en meilleure santé que celles de l’Europe du Nord ou des Etats-Unis, où les produits riches en graisse étaient plus consommés.

Les plus grands bienfaits pour la santé ne provenaient pas de l’huile d’olive

Une étude de l’EPIC a cherché à savoir quelles composantes du régime méditerranéen étaient les plus bénéfiques et a constaté que les graisses monoinsaturées comme l’huile d’olive n’en faisaient pas partie. Les scientifiques ont démontré que les plus grands bienfaits du régime méditerranéen pour la santé provenaient d’une consommation élevée de légumes, d’une faible consommation de viande et d’une consommation modérée d’alcool.

De même, dans une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, des scientifiques ont suivi pendant des années l’alimentation et la santé de 22 043 adultes en Grèce. L’adhésion au régime alimentaire méditerranéen traditionnel a été évaluée à l’aide d’une échelle de 10 points qui incorporait les principales facettes du régime, y compris une abondance d’aliments végétaux (fruits, légumes, céréales complètes, noix et légumineuses), l’huile d’olive comme principale source de graisse et des quantités faibles à moyennes de poisson et de volaille.

Bien qu’une plus grande adhésion à un régime méditerranéen ait été associée à des taux de mortalité significativement plus faibles, l’huile d’olive elle-même a été associée à une réduction faible et non significative de la mortalité dans un éditorial accompagnant cette étude.

Pour vivre en meilleure santé, beaucoup de médecins recommandent de manger plus de fruits, de légumes ainsi que de légumineuses et moins d’aliments riches en graisses saturées.

Comment vivre jusqu’à 100 ans

La population avec la plus longue longévité dans le monde sont les citoyens d’Okinawa, au Japon. Ils mangent beaucoup d’aliments riches en fibres et provenant directement de la terre, comme le font d’autres populations avec des pourcentages élevés de centenaires, comme les habitants de la péninsule de Nicoya (au Costa Rica), d’Icaria (Grèce) et même en Sardaigne (Italie).

Ces communautés mangent des régimes alimentaires riches en fruits, légumes, grains entiers et haricots, et des portions faibles à modérées de viande animale, généralement des fruits de mer ou de la viande maigre. C’est ce régime, et non l’huile d’olive, qui semble favoriser la longévité.

Rumeur : L’huile d’olive augmente le “bon” cholestérol HDL.

Vérité : Beaucoup de personnes ayant un taux élevé de HDL ont des artères malades, et beaucoup de personnes ayant un faible taux de HDL ont des artères très propres.

Selon l’industrie de l’huile d’olive, l’un des effets bénéfiques de l’huile d’olive est qu’elle augmente le taux de bon cholestérol HDL. En réalité, des niveaux plus élevés de HDL ne signifient pas toujours de meilleures artères.

Vous vous souvenez de l’étude sur les singes dont il a été question au début de cet article ? Les taux plus élevés de HDL des singes qui consomment une alimentation riche en graisses monoinsaturées ne les ont pas empêchés d’avoir des artères malades et couvertes de plaques.

De plus, des recherches récentes ont remis en question le “bon” cholestérol HDL. Certes, ce cholestérol peut avoir des avantages, mais les scientifiques ont découvert qu’il existe aussi un “mauvais” côté au cholestérol HDL qui favorise l’inflammation et contribue à l’accumulation de plaque dans la paroi artérielle.

Ce “mauvais” côté du cholestérol HDL peut expliquer pourquoi plusieurs essais cliniques visant à augmenter les taux de HDL n’ont pas montré d’effets bénéfiques pour la santé cardiaque.

De plus, les populations qui jouissent de la plus faible incidence de maladies cardiaques au monde, les habitants d’Okinawa et d’autres régions rurales du Japon, ainsi que les Indiens Tarahumara du Mexique, ont de très faibles taux de HDL.

Cholestérol Non-HDL-C

Voici d’autres éléments de réflexion : D’après certains médecins, le paramètre le plus critique pour avoir une bonne santé cardiovasculaire n’est pas le cholestérol LDL ou HDL. De plus en plus de médecins s’entendent pour dire que le cholestérol non HDL (Non-HDL-C) est un meilleur prédicteur du risque de maladie cardiaque.

Régime et cholestérol

De nombreux médias ont beaucoup insisté sur le fait que les régimes à faible teneur en gras sont problématiques parce que la science a démontré que les taux de HDL diminuent en réponse à une alimentation faible en gras. Mais la science a également découvert (et les médias le soulignent rarement) que les particules HDL des personnes qui suivent un régime faible en gras fonctionnent très, très efficacement. Pour imager les choses plus simplement, il n’y a peut-être pas autant de camions à ordures, mais ceux qui sont en service fonctionnent très bien et nettoient les ordures LDL.

En revanche, la baisse du cholestérol HDL souvent observée lorsque les gens prennent du poids est associée à une augmentation de la plaque athérosclérotique et des maladies cardiaques. Comme mentionné précédemment, une façon facile de prendre du poids est d’augmenter la densité calorique de votre alimentation en ajoutant de l’huile d’olive et d’autres matières grasses.

L’essentiel n’est donc pas la quantité absolue de cholestérol HDL dans votre sang, mais l’efficacité avec laquelle les particules HDL que vous avez éliminent l’excès de cholestérol des parois de vos artères.

Rumeur : Les gras monoinsaturés comme l’huile d’olive sont des choix plus sains que les gras saturés.

Vérité : Le fait que les gras monoinsaturés soient meilleurs que les gras saturés ne signifie pas pour autant que le fait d’en ajouter davantage à votre alimentation vous rendra en meilleure santé.

Le corps humain n’a pas besoin de consommer des huiles riches en graisses monoinsaturées ou saturées. Les seules graisses dont notre corps a essentiellement besoin via notre alimentation sont les gras polyinsaturés (oméga 6 et oméga 3), et pas plus de 2 à 4% de nos calories proviennent de ces deux acides gras polyinsaturés.

L’huile d’olive est une très mauvaise source d’oméga 3. Il faudrait boire 200 ml d’huile d’olive pour avoir assez d’oméga 3. 200 ml d’huile d’olive représentent pratiquement 1800 calories et 30 grammes de graisses saturées (oui, un pourcentage des graisses qui composent l’huile d’olive est saturé, et l’huile d’olive est beaucoup plus riche en graisses saturées que de graisses essentielles polyinsaturées).

Du coup, l’huile d’olive est-elle meilleure que le beurre ? Oui. Mais est-elle forcément bonne en soi ? Non.

En résumé…

Les huiles sont les aliments les plus riches en calories sur terre. Gramme pour gramme, l’huile contient encore plus de calories que le beurre ou le Nutella. Un régime très riche en huile produit invariablement de grandes quantités de graisse corporelle, ce qui conduit à toutes sortes de maladies dévastatrices, y compris la première cause de décès en France : les maladies cardiaques.

Essayez, surtout si vous faites de l’embonpoint, de limiter votre consommation d’huiles monoinsaturées ou polyinsaturées à 1 cuillerée à thé pour 1 000 calories par jour.

Et évitez toutes les huiles contenant des acides gras saturés et/ou trans, comme l’huile de noix de coco et l’huile de palme.

Articles populaires

Les dangers de l’alcool sur le cerveau

Un verre de vin avec le dîner, une bière après le travail, un cocktail en vacances : L'alcool est profondément ancré dans la culture...

Quels fruits et légumes contiennent le plus de pesticides et comment les réduire ?

La consommation de fruits et de légumes est essentielle à une alimentation saine, mais tous les consommateurs ne sont pas conscients de la quantité...

La viande rouge est-elle cancérigène ?

Vous connaissez probablement les mises en garde des nutritionnistes contre une consommation excessive de viande rouge. Ces mises en garde concernent notamment le bœuf,...

Les aliments cancérigènes que vous avez probablement déjà consommé

Nous entendons souvent des gens dire "attention cet aliment est cancérigène" ou "manger cela cause le cancer", mais beaucoup d'entre nous ne savent pas...

Pourquoi les femmes vivent-elles plus longtemps que les hommes ?

N'importe où dans le monde, les femmes vivent plus longtemps que les hommes.Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'espérance de vie moyenne à...