L’allergie à la tomate se caractérise par une réaction excessive du système immunitaire à la consommation de tomates. Cependant, il est très peu probable d’être allergique à la tomate elle-même. Au contraire, la tomate contient de l’histamine, qui joue un rôle important dans le système immunitaire en cas d’allergies.

Les personnes touchées par des réactions allergiques après la consommation de tomate ont généralement une intolérance à l’histamine, qui agit comme une allergie à la tomate.

L’histamine provoque la libération de diverses substances immunitaires, qui déclenchent des symptômes allergiques typiques tels que démangeaisons, brûlures sur la langue, nausées, vomissements et diarrhées.

Les symptômes d’une allergie à la tomate

Les symptômes d’une allergie à la tomate apparaissent généralement immédiatement ou quelques minutes après la consommation de la tomate. Les symptômes comprennent des symptômes gastro-intestinaux tels que nausées, vomissements, maux d’estomac et diarrhées.

En cas d’allergies plus graves, la bouche et la gorge peuvent également être touchées comme une sensation de brûlure ou de démangeaison sur les muqueuses et la langue. Des rougeurs et des gonflements sont aussi possibles.

Une réaction allergique prolongée comprend également une éruption cutanée, qui se situe généralement près de la zone de contact avec la tomate (c’est-à-dire au niveau du visage, en particulier autour de la bouche).

Symptômes sur la langue en cas d’allergie à la tomate

En mangeant des tomates, la langue entre en contact direct avec l’allergène. C’est pourquoi les symptômes peuvent y être particulièrement sévères.

Il s’agit notamment d’une sensation de brûlure et de démangeaison sur la langue. Des rougeurs et même de petites ampoules peuvent également être le signe d’une allergie à la tomate.

Dans les cas graves, la langue gonfle considérablement au contact des tomates, ce qui peut entraîner des problèmes respiratoires. Si l’enflure est si importante que la gorge est également touchée, elle peut même entraîner un essoufflement pouvant mettre la vie en danger.

Démangeaisons dues à l’allergie à la tomate

Au contact des tomates, le système immunitaire des personnes allergiques réagit plus fortement à des substances qui sont en réalité inoffensives. L’organisme interprète la tomate ou ses ingrédients comme une substance dangereuse et tente donc de la combattre.

Ce processus conduit à une libération accrue de cellules immunitaires et de substances de signalisation qui mettent l’organisme en alerte. Ces substances sont libérées dans l’organisme le plus rapidement possible afin qu’une défense optimale contre la tomate (alors considérée comme dangereuse par l’organisme) puisse avoir lieu. Ces substances irritent les terminaisons nerveuses et déclenchent ainsi des démangeaisons.

Diarrhée et allergie à la tomate

Avec les nausées, les vomissements, les flatulences et les douleurs abdominales, la diarrhée est l’un des symptômes du système gastro-intestinal, qui survient notamment en cas d’allergies alimentaires.

Dans l’intestin, les aliments sont généralement décomposés en leurs différents composants, puis absorbés dans le sang. Lors de la digestion, l’organisme est en contact avec les ingrédients de la tomate en de nombreux endroits et inévitablement aussi avec l’histamine, à laquelle le système immunitaire réagit plus fortement.

Le but de la diarrhée lors d’une réaction allergique est, entre autres, de retirer rapidement la tomate des intestins. C’est pourquoi l’organisme utilise la diarrhée comme une stratégie de défense efficace.

Symptômes oculaires de l’allergie à la tomate

Les yeux ne sont généralement pas affectés par l’allergie à la tomate.

Ils sont plus susceptibles de réagir en cas d’allergie croisée, par exemple si une personne est allergique au pollen de bouleau. En raison de la similarité chimique des substances, cela peut également provoquer une réaction allergique à la tomate. Cela peut se manifester par un écoulement nasal qui a à son tour un effet sur les yeux.

Néanmoins, les symptômes allergiques typiques tels que la brûlure ou la démangeaison des yeux, plus la rougeur et le gonflement, sont plutôt rares dans les allergies à la tomate.

Traitement de l’allergie à la tomate

La thérapie la plus efficace contre les allergies consiste à éviter complètement l’aliment qui provoque l’allergie. Ainsi, si vous souffrez d’une allergie aux tomates, vous pouvez éliminer les tomates de votre alimentation et éviter tout symptôme allergique causé par les tomates.

Il est important que l’allergène soit diagnostiqué correctement et sans ambiguïté afin que cet évitement alimentaire puisse être effectué correctement.

Comme la réaction allergique aux tomates est principalement due à la substance histamine, les médicaments dits antihistaminiques sont fréquemment utilisés. Ces comprimés bloquent la libération supplémentaire d’histamine dans l’organisme, ce qui peut réduire les symptômes. Cependant, les antihistaminiques ne peuvent pas guérir la maladie car ils ne peuvent pas en combattre la cause réelle.

Comme pour toute autre allergie, toute personne allergique doit être préparée à l’urgence, c’est-à-dire à un choc allergique pouvant mettre sa vie en danger. Le kit d’urgence, qui consiste en un stylo d’adrénaline et éventuellement des sprays supplémentaires contenant de la cortisone, est utilisé à cette fin.

Un choc allergique entraîne un essoufflement sévère en quelques secondes à quelques minutes. L’adrénaline peut aider à contrer le choc allergique dans un délai très court.

Les causes de l’allergie à la tomate

La cause exacte de l’allergie à la tomate n’est pas encore connue.
Cependant, on pense qu’il y a une composante génétique. Les enfants de parents souffrant d’allergies alimentaires ont un risque plus élevé de développer eux-mêmes des allergies alimentaires.

Il existe également la théorie selon laquelle un environnement particulièrement propre entraîne une susceptibilité accrue aux allergies. Dans un environnement propre, le corps n’entre pas en contact avec de nombreuses substances. Cela signifie qu’il ne peut pas s’habituer aux substances et les considère comme dangereuses si elles entrent en contact plus tard. Cela entraîne une forte réaction immunitaire à des aliments qui sont en fait inoffensifs, comme les tomates.

Allergie croisée avec l’allergie à la tomate

Les allergies croisées sont dues à la similarité chimique des allergènes (substances allergènes) de différents aliments.

Les allergies croisées avec la tomate sont principalement causées par le pollen de bouleau. D’autres aliments peuvent également provoquer des allergies croisées, notamment la cerise, la poire, la pomme, mais aussi la noisette et l’amande. La banane, l’orange et la mangue sont plus rares.

La cuisson des tomates peut aider à éviter les réactions allergiques

Lorsque les tomates sont chauffées, les allergènes de surface sont dénaturés, ce qui signifie qu’ils sont détruits par le processus de chauffage ou que leur forme change. Les cellules immunitaires du corps ne peuvent alors plus reconnaître les allergènes de la tomate et une réaction immunitaire (qui provoque la réaction allergique) a moins de chance de se produire.

Diagnostic d’une allergie à la tomate

Le diagnostic de l’allergie à la tomate est initialement basé sur les antécédents médicaux. Le médecin s’informera des symptômes de la personne concernée.

Le lien temporel entre la consommation de la tomate et l’apparition de symptômes tels que les démangeaisons, la diarrhée et la nausée est particulièrement important. Si ces symptômes peuvent être attribués sans aucun doute à la consommation de tomates, il n’est pas nécessaire de procéder à un autre diagnostic.

Toutefois, pour établir un diagnostic fiable, on utilise le “prick test“. Cela implique d’injecter une quantité minimale d’allergènes de la tomate sous la peau de la personne concernée. Par la suite, une réaction cutanée sous forme de rougeur, de gonflement et de démangeaison au point d’injection est attendue dans le cas d’une allergie à la tomate.

Durée et pronostic de l’allergie à la tomate

L’allergie à la tomate est généralement une maladie incurable. Les causes et les mécanismes exacts de la maladie n’étant pas encore totalement compris, il n’existe pas encore de thérapie curative. L’allergie à la tomate dure donc, pour la plupart des cas, toute la vie.

Néanmoins, la durée des crises allergiques dépend beaucoup de la rigueur avec laquelle la personne concernée s’abstient de manger des tomates. La gravité de la réaction varie également beaucoup d’une personne à l’autre.

Progression de la maladie en cas d’allergie à la tomate

Une réaction allergique peut se développer au plus tôt lors du deuxième contact avec l’allergène affecté. Tout d’abord, le système immunitaire doit être en contact avec l’allergène. Au cours de ce processus, des anticorps contre la substance sont formés. Au deuxième contact avec l’allergène, elles alertent le système immunitaire et attaquent la substance.

La suite dépend fortement de la fréquence de la consommation de tomates. Toute personne qui ne consomme pas de tomates ne ressentira probablement plus jamais de symptômes. Les personnes qui entrent plus souvent en contact avec les tomates et en consomment peuvent généralement percevoir une intensification de l’allergie au fil du temps.

Pour aller plus loin…

Pour en apprendre plus sur l’allergie à la tomate, nous vous invitons à lire notre article sur les différences entre l’allergie à la tomate et l’intolérance à la tomate.

Vous pourriez également être intéressé par :

Références et ressources :

  • Severe tomato allergy (Lycopersicon esculentum). – PubMed – NCBI. (s. d.-b). Consulté le 8 avril 2020, à l’adresse https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12001794
  • Tomato allergy: detection of IgE-binding lipid transfer proteins in tomato derivatives and in fresh tomato peel, pulp, and seeds. – PubMed – NCBI. (s. d.-b). Consulté le 8 avril 2020, à l’adresse https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19919119
  • Leaper, P. (s. d.). All About Histamines | Paleo Leap. Consulté le 8 avril 2020, à l’adresse https://paleoleap.com/histamines/
  • Tomatoes, red, ripe, raw, year round average [Includes USDA commodity food A238, A233] Nutrition Facts & Calories. (s. d.-c). Consulté le 8 avril 2020, à l’adresse https://nutritiondata.self.com/facts/vegetables-and-vegetable-products/2682/2
  • Joneja, J. V. (2013). The Health Professional’s Guide to Food Allergies and Intolerances. Cleveland, Ohio : Academy of Nutrition and Dietetics.
Catégories : Nutrition

Mathilde Loison

Mathilde Loison

Mathilde Loison est une rédactrice indépendante spécialisée dans la rédaction d'article de santé et de nutrition.