Sans aucun doute, la pomme est l’un des fruits les plus populaires et les plus polyvalents. Nous pouvons la consommer sous sa délicieuse forme naturelle, dans des jus, des gâteaux, des confitures, des boissons, parmi beaucoup d’autres formes.

Au-delà de son goût sucré et de sa texture croquante, la pomme apporte des bénéfices importants pour notre santé, comme sa haute teneur en fibres et son effet de satiété pour contrôler l’appétit.

Cependant, lorsqu’il s’agit de diabète, il y a plusieurs questions à considérer. En général, les diabétiques de type 2 doivent manger des pommes avec modération.

Les pommes sont-elles bonnes pour les diabétiques ?

Après de nombreuses recherches, la science a conclu que les diabétiques devraient maintenir un régime alimentaire à faible teneur en glucides. Dans cette optique, une personne diabétique ne devrait pas manger délibérément des pommes, car son apport en glucides (sucre) est important.

La quantité de calories et l’apport en glucides peuvent varier considérablement selon la taille et le type de pomme, mais quelle que soit la taille du fruit, c’est un aliment riche en glucides qui contient beaucoup de sucre (20-35 grammes), en particulier du fructose (environ 9,5 grammes).

Cela n’enlève rien au fait que les pommes sont des fruits aux propriétés naturelles très bénéfiques, par exemple leur teneur élevée en fibres (3-5 grammes) et leur apport en vitamines et minéraux essentiels.

Dans 1 pomme moyenne, on peut trouver :

  • 6 % de l’apport journalier recommandé (AJR) en potassium 
  • 8 % de l’AJR en vitamine C
  • 4 % de l’AJR en vitamine A
  • 5 % de l’AJR en riboflavine
  • 6 % de l’AJR en vitamine B6

Certains scientifiques ont déclaré que chez les non-diabétiques, la consommation de pommes semble réduire le risque de diabète de type 2 en raison de sa teneur élevée en anthocyanine.

Il est également suggéré que la consommation d’une pomme ou plus par jour peut réduire le risque de cancer du colon et du poumon, et que la pelure de pomme est particulièrement riche en polyphénols antioxydants qui réduisent l’inflammation dans l’organisme.

Toutefois, du point de vue du diabète, la pomme n’est pas un choix idéal. Comparée à certains légumes, elle fournit moins de vitamines et de minéraux, en contenant tout de même des quantités importantes de glucides.

En substituant une pomme à une tasse de chou frisé, on peut obtenir 200 % de la dose quotidienne recommandée de vitamine C et 434 % de vitamine A, avec seulement 1 gramme de glucides.

Ces valeurs sont excellentes pour contrôler la glycémie, tout en ayant une bonne alimentation. Nous ne voulons pas dire par là qu’un diabétique ne doit manger que des légumes au lieu de fruits. Il peut toujours se tourner vers d’autres alternatives tout aussi savoureuses, mais plus saines.

Toutes les pommes se valent-elles ?

Pour commencer, toutes les pommes n’ont pas le même profil nutritionnel. Certaines sont moins sucrées que d’autres, par exemple les pommes Granny Smith ont une teneur en sucre nettement inférieure à celle de leurs cousines Gala ou Ambrosia.

Cependant, n’oublions pas qu’il s’agit toujours d’un aliment riche en glucides. En général, la Golden Delicious est en tête de liste avec 29,24 grammes de glucides, les variétés Gala en contiennent 23,53 grammes, tandis que Fuji et Granny Smith en fournissent environ 22 grammes chacune.

Dans la mesure du possible, remplacez votre consommation de pommes par un autre fruit plus favorable à votre glycémie. Les baies sont parmi les meilleurs choix que nous recommandons aux personnes atteintes de diabète.

Comment inclure des pommes dans votre alimentation si vous êtes diabétique

N’oubliez pas qu’il ne s’agit pas d’éliminer complètement la pomme de votre alimentation, mais de la manger intelligemment.

Par exemple, si vous êtes un amateur de pommes et qu’il vous est difficile de vous en priver, une solution pourrait être de choisir la variété Granny Smith (verte), et d’en manger seulement la moitié combinée avec du beurre d’arachide ou des noix ; cela aidera à ralentir l’absorption du sucre dans la circulation sanguine.

Voici les 4 principaux conseils pour manger des pommes de façon responsable lorsque vous êtes diabétique :

  • Mangez la pomme avec sa pelure, car une grande partie des nutriments et des fibres se trouvent dans cette partie du fruit.
  • Évitez le jus de pomme. Le jus de pomme est moins sain qu’une pomme, avec plus de sucre et moins de fibres.
  • Mangez seulement une demi-pomme verte par jour ; des portions plus importantes peuvent augmenter la charge glycémique.
  • Combinez-la avec des noix ou du beurre d’arachide pour contrôler l’hyperglycémie.

Il est fortement recommandé de vérifier votre taux de glycémie après avoir mangé une pomme pour voir comment ce fruit particulier vous affecte.

On sait que certains diabétiques peuvent manger des pommes sans avoir de pics de glucose. Cependant, tous les diabétiques ne réagissent pas de la même manière.

Les vertus de la pomme

Contient des antioxydants

La pomme est un fruit qui a une haute teneur en composants antioxydants, ce qui en fait un excellent aliment pour protéger la santé des cellules et prévenir les dommages qui peuvent être causés par l’action des radicaux libres.

Ces antioxydants confèrent à la pomme un effet anticancéreux très important. De plus, la pomme semble aider à enlever la plaque qui s’accumule dans les vaisseaux sanguins et qui peut finir par causer des maladies cardiaques.

Elle est riche en fibres alimentaires

En plus des antioxydants et comme mentionné plus haut dans l’article, les pommes sont très riches en fibres alimentaires, un nutriment qui est très important pour notre santé digestive. Les fibres offrent également une plus grande sensation de satiété.

Aide à éliminer les toxines

La pomme se distingue également par son action détoxifiante, ce qui signifie que sa consommation aide à éliminer les liquides et les substances nocives qui s’accumulent dans l’organisme et qui, à long terme, peuvent nuire à la santé.

Catégories : Santé

Mathilde Loison

Mathilde Loison est une rédactrice indépendante spécialisée dans la rédaction d'article de santé et de nutrition.