Sevrage Zolpidem (Stilnox) : Comment arrêter

Plusieurs millions de français souffrent d’insomnie chaque année et Zolpidem (aussi connu sous le nom Stilnox) est l’un des somnifères les plus populaires prescrits pour aider à s’endormir.

Bien que Zolpidem ne devrait pas être utilisé plus de 10 jours, certaines personnes le prennent pendant une période plus longue. En conséquence, les personnes peuvent devenir dépendantes du médicament et ressentir le besoin de continuer à le prendre pour dormir.

Comment fonctionne le Zolpidem ?

Zolpidem appartient à la famille des médicaments hypnotiques. Il agit essentiellement en ralentissant le cerveau et le système nerveux central. Zolpidem a des effets secondaires qui peuvent inclure :

  • Somnolence
  • Vertiges
  • Hallucinations
  • Somnambulisme
  • Agitation

Zolpidem a également été associé à la parasomnie, une maladie caractérisée par des comportements anormaux pendant le sommeil. Il peut s’agir de cauchemars ou de terreurs nocturnes et d’activités telles que la conduite, manger et avoir des relations sexuelles pendant le sommeil. Des crimes auraient aussi été commis par un individu alors qu’il était sous l’influence du Zolpidem.

Dépendance au Zolpidem

Lorsque les individus deviennent dépendants au Zolpidem, ils peuvent avoir du mal à arrêter de prendre ce médicament. Ils peuvent ressentir le besoin de continuer à le prendre à la dose prescrite ou à une dose plus élevée pour obtenir le même effet. Certaines personnes peuvent abuser de Zolpidem en utilisant le médicament à des fins autres que celles auxquelles il est destiné, telles que :

  • Pour ressentir un effet similaire à certaines drogues
  • Pour soulager le stress ou se détendre
  • Augmenter sa libido

Les personnes qui ont déjà eu une dépendance à l’alcool ou à d’autres drogues présentent un risque accru de dépendance au Zolpidem. Dans de tels cas, il est conseillé d’en informer le médecin avant de commencer à utiliser Zolpidem.

Les personnes dépendantes au Zolpidem peuvent avoir certains problèmes dont :

  • Incapacité d’arrêter ou de limiter l’utilisation du Zolpidem
  • Adopter des comportements à risque en prenant Zolpidem
  • Incapacité à se concentrer au travail ou à l’école
  • Changements de comportement soudains
  • Isolement
  • Envie de Zolpidem
  • Développement d’une tolérance au Zolpidem, menant à devoir augmenter la dose pour obtenir les effets souhaités
  • Symptômes de sevrage

Lorsque les gens deviennent dépendants au Zolpidem, ils peuvent ressentir le besoin de prendre une dose plus élevée du médicament pour obtenir le même effet. Dans ce cas, une surdose peut survenir accidentellement. Certains symptômes de surdosage comprennent :

  • Somnolence excessive
  • Respiration lente ou absente
  • Fréquence cardiaque lente
  • Coma, dans les cas graves

Prendre Zolpidem avec de l’alcool ou d’autres drogues peut augmenter ces symptômes ou augmenter dangereusement le risque de surdosage.

Lire aussi : Surdosage Zolpidem (Stilnox) : Signes, symptômes et traitement

 

Si des personnes prennent Zolpidem depuis plus d’une semaine ou deux, elles ne doivent pas tenter d’arrêter de prendre Zolpidem elles-mêmes. Elle doivent d’abord demander conseil à leur médecin, en raison de la possibilité de symptômes de sevrage.

Les symptômes de sevrage peuvent aller de l’anxiété légère et de l’agitation à des symptômes de sevrage sévères. Ils peuvent survenir même si le médicament a été pris pendant une courte période. Certains des symptômes comprennent :

  • Crampes abdominales
  • Détresse émotionnelle
  • Crampes musculaires
  • Nausées et vomissements
  • Transpiration accrue
  • Tremblements
  • Insomnie de rebond
  • Anxiété, attaques de panique
  • Confusion
  • Envie de Zolpidem
  • Étourdissements
  • Convulsions

Comment une personne peut-elle se détacher du Zolpidem ?

Si nécessaire, le médecin peut suggérer une dose réduite de Zolpidem pour sevrer la personne du médicament. Par exemple, le médecin peut demander au patient de prendre la dose prescrite pendant une semaine. La semaine suivante, le médecin peut ordonner au patient de prendre la moitié de la dose prescrite. Ensuite, le médecin peut suggérer au patient de prendre la moitié de la dose tous les deux jours, puis d’espacer les doses jusqu’à ce que la personne ait réussi à se sevrer du médicament en toute sécurité. Par la suite, le médecin peut suggérer des alternatives à Zolpidem, telles que la mélatonine ou d’autres moyens naturels d’encourager le sommeil.

Lire aussi : 

Dernière mise à jour de l'article le