Allergie au lait de vache

Publié le 

Une allergie au lait de vache et aux produits laitiers à base de lait de vache affecte 1 bébé sur 50 et est différente de l’intolérance au lactose. Très peu d’adultes sont allergiques au lait de vache. Les personnes allergiques au lait de vache peuvent également être allergiques au lait d’autres animaux comme les chèvres, les moutons et les bufflonnes. 

Les symptômes de l’allergie au lait varient et vont de réactions légères à des réactions allergiques plus graves comme l’anaphylaxie. Certaines personnes éprouvent des symptômes tout de suite après avoir consommé du lait de vache, mais chez d’autres, les symptômes peuvent prendre du temps à apparaître.

Si vous pensez que votre enfant ou vous-même êtes allergiques au lait de vache, consultez votre médecin pour obtenir un diagnostic. Pour lutter contre l’allergie au lait de vache, vous ou votre enfant devez éviter tout aliment contenant du lait de vache. Cependant ne changez pas le régime alimentaire de votre enfant sans consulter un médecin, sans quoi votre enfant pourrait souffrir de carences nutritionnelles. 

Les allergies alimentaires peuvent être fatales. Si vous ou un enfant à votre charge avez une réaction allergique grave (anaphylaxie), appelez les urgences. Vous pouvez également administrer de l’adrénaline (épinéphrine) via un auto-injecteur (EpiPen®), si disponible.

Causes de l’allergie au lait de vache

L’allergie au lait est généralement causée par l’allergie au lait de vache, bien que certaines personnes soient allergiques aussi au lait en provenance d’autres animaux. 

Dans toutes les allergies, le système immunitaire réagit au contact de certaines molécules (allergènes). Le système immunitaire produit alors des anticorps qui détectent l’allergène, provoquant des réactions inflammatoires et la libération d’une substance chimique appelée histamine, ce qui peut entraîner des symptômes allergiques. Dans le cas du lait, les molécules allergènes sont généralement deux protéines du lait appelées lactosérum et caséine. Vous ou votre enfant pouvez être allergique à l’une de ces protéines, ou aux deux.

Certaines réactions au lait ne sont pas causées par des allergies

Certaines personnes peuvent ressentir des désagréments en consommant du lait sans que cela soit forcément due à une allergie. Si vous manquez d’une enzyme appelée lactase, qui décompose le lactose dans le sucre du lait, vous pouvez ressentir des symptômes ressemblant à une allergie (diarrhée, vomissements, douleurs à l’estomac et gaz). C’est ce qu’on appelle l’intolérance au lactose. Elle  diffère de l’allergie au lait, car elle n’implique pas le système immunitaire. Certaines personnes peuvent également avoir un excès de mucus épais dans la gorge après avoir mangé ou bu des produits laitiers mais on considère généralement que cette production de mucus ne présente aucun risque pour la santé.

Symptômes de l’allergie au lait de vache

Les symptômes de l’allergie au lait de vache peuvent apparaître quelques minutes ou plusieurs jours après la consommation de lait de vache ou de produits laitiers. La gravité des symptômes dépend de la personne et de la quantité de lait de vache qu’elle a consommé. 

Voici certains des symptômes pouvant apparaître après l’ingestion d’une petite quantité de lait :

  • plaques rouges de la peau (urticaire)
  • démangeaisons, rougeur, ou éruption cutanée (dermatite ou eczéma)
  • gonflement du visage
  • respiration sifflante ou toux persistante
  • vomissement
  • la diarrhée.
 

Réaction allergique sévère – anaphylaxie

Après les cacahuètes et les noix, le lait de vache est l’un des aliments les plus couramment à l’origine de réactions allergiques graves. Une réaction allergique grave (anaphylaxie) peut mettre la vie en danger. 

Les symptômes d’une réaction allergique grave peuvent être :

  • une respiration difficile ou bruyante
  • gonflement de la langue
  • gonflement ou serrement de la gorge
  • difficulté à parler ou voix enrouée
  • respiration sifflante ou toux persistante
  • vertiges ou collapsus
  • pâleur et faiblesse chez les jeunes enfants
 

Si vous ou un enfant à votre charge avez une réaction allergique grave (anaphylaxie), appelez les urgences. Vous pouvez aussi administrer de l’adrénaline (épinéphrine) via un auto-injecteur (EpiPen®), si disponible.

Garder une trace de vos symptômes

Tenez un journal qui décrit vos symptômes ou ceux de votre enfant en prenant le soin d’indiquer quand et où ils se produisent. Votre journal peut par exemple indiquer si les symptômes se produisent :

  • à l’intérieur de votre maison, à l’extérieur ou les deux
  • pendant une courte période ou plus
  • la nuit, le jour ou au réveil
  • après avoir consommé un aliment ou une boisson en particulier
  • après avoir pris un médicament en particulier, que ce soit sur ordonnance ou en vente libre
  • après avoir pris un médicament à base de plantes.
 

Diagnostic de l’allergie au lait de vache

Si vous ou votre enfant présentez des symptômes allergiques, consultez votre médecin de famille qui vous posera des questions sur vos symptômes. Pour diagnostiquer votre allergie, votre médecin pourra vous orienter vers un médecin spécialiste, appelé allergologue ou immunologiste clinique

Si vos symptômes apparaissent rapidement après avoir consommé du lait ou des produits laitiers, l’allergie peut être plus facile à diagnostiquer, tandis que les symptômes plus longs à apparaître peuvent être plus difficiles à diagnostiquer. 

Les allergologues peuvent examiner les allergies en  utilisant un certain nombre de méthodes en fonction du type d’allergie potentielle. Pour examiner l’allergie, l’allergologue peut :

  • faire un test cutané
  • faire un test sanguin
  • vous demander d’éviter temporairement tout lait ou produits contenant du lait, puis de poursuivre avec l’introduction de lait dans votre alimentation (sous surveillance médicale stricte selon la gravité de vos symptômes) pour voir si c’est bien le lait qui cause les réactions.

Un certain nombre de méthodes prétendent tester ou combattre les allergies mais n’ont pas été prouvées médicalement ou scientifiquement. Ces méthodes peuvent être coûteuses et pourraient conduire à éviter dangereusement certains aliments. Il est généralement recommandé de ne pas utiliser certaines de ces méthodes, notamment :

Consultez toujours votre médecin si vous envisagez d’utiliser un médicament ou une thérapie complémentaire pour le dépistage des allergies.

Traitement de l’allergie au lait de vache

Si vous ou votre enfant avez reçu un diagnostic confirmant une allergie au lait de vache, le traitement consiste à éviter totalement le lait ou les produits contenant du lait. Cela peut être difficile à mettre en place. On pense que les enfants allergiques au lait de vache sont souvent allergiques aux autres laits notamment le lait de chèvre, il est donc impossible de remplacer le lait de vache par du lait en provenance d’autres animaux. 

Pour éviter le lait et les produits laitiers, lisez les étiquettes et évitez les aliments contenant du lait ou des produits laitiers tels que :

  • le beurre
  • babeurre
  • caséine et caséinate
  • fromage
  • chocolat 
  • lait de vache ou de chèvre, y compris le «lait A2»
  • crème
  • crème fraiche
  • ghee (aussi appelé beurre indien)
  • crème glacée
  • margarines contenant des produits laitiers
  • lait en poudre
  • nougat
  • petit lait
  • yaourt
 

Éliminez le lait et les produits laitiers de l’alimentation de votre bébé ou de votre jeune enfant uniquement sous surveillance médicale stricte. Votre médecin devra vous conseiller sur les sources de remplacement de calcium et de protéines, éléments nutritifs particulièrement importants pour les enfants. Les aliments de remplacement doivent également être surveillées attentivement. Par exemple, certains enfants allergiques au lait de vache ne seront pas capables de tolérer les produits à base de lait de soja.

Traitement d’urgence des réactions allergiques graves

Si vous présentez un risque de réaction allergique grave (anaphylaxie), munissez-vous d’un auto-injecteur d’adrénaline (épinéphrine) tel que EpiPen®. 

Les réponses d’urgence à une réaction allergique grave sont :

  • allonger la personne au sol à plat
  • administrer de l’adrénaline avec un auto-injecteur (tel qu’un EpiPen®) 
  • appeler les urgences
 

Si vous présentez un risque de réaction allergique grave, assurez-vous de :

  • transporter un auto-injecteur d’adrénaline sur vous (tel qu’un EpiPen®) pour traiter une réaction allergique grave
  • porter des bracelets d’identification médicale : cela augmente la probabilité que l’adrénaline soit administrée en cas d’urgence
  • éviter les médicaments (dans la mesure du possible) susceptibles d’aggraver la réaction allergique ou de compliquer son traitement (tels que les bêta-bloquants)
  • Consulter un médecin.

Articles populaires

Quels fruits et légumes contiennent le plus de pesticides et comment les réduire ?

La consommation de fruits et de légumes est essentielle à une alimentation saine, mais tous les consommateurs ne sont pas conscients de la quantité...

9 aliments mauvais pour le cerveau

Le cerveau est l'organe le plus important du corps humain, et comme tous nos organes, il peut être affecté par ce que l'on mange....

Les effets de l’alcool sur la peau

Vous êtes-vous déjà demandé ce que l'alcool pouvait faire à votre peau ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.À quel point...

La viande rouge est-elle cancérigène ?

Vous connaissez probablement les mises en garde des nutritionnistes contre une consommation excessive de viande rouge. Ces mises en garde concernent notamment le bœuf,...

Les aliments cancérigènes que vous avez probablement déjà consommé

Nous entendons souvent des gens dire "attention cet aliment est cancérigène" ou "manger cela cause le cancer", mais beaucoup d'entre nous ne savent pas...