Miel et diabète : Le miel est-il bon pour les diabétiques ?

Publié le 

Nous parlons presque toujours du miel d’abeille comme d’un aliment sain. C’est un produit naturel, qui a un goût sucré délicieux et présente d’excellentes propriétés curatives ; cependant, une fois décomposé, le miel est essentiellement du sucre. Beaucoup de gens se demandent alors : est-il conseillé de manger du miel quand on est diabétique ? Le miel est-il considéré comme un édulcorant sans danger pour le diabète ?

Poursuivez votre lecture pour découvrir les faits les plus pertinents sur le miel : son profil nutritionnel, sa teneur en sucre et son indice glycémique, ses effets sur le taux de glucose sanguin, la taille des portions recommandée et les dernières découvertes scientifiques à son sujet.

Miel vs. sucre : nutriments et indice glycémique du miel

Comme le sucre de table, le miel brut fournit des calories et contient des glucides sous forme de sucres simples (fructose, glucose et autres), de sorte que sa consommation peut provoquer des pics de glycémie. Néanmoins, il y a certaines différences qui méritent d’être prises en compte…

Une cuillerée de miel, d’environ 21 grammes, en contient environ :

  • 64 calories
  • 17 g de glucides (sucre)
  • 59 g d’eau

De plus, le miel fournit certaines vitamines, des minéraux essentiels et des enzymes qui, ensemble, sont responsables de ses bienfaits pour la santé et de ses propriétés curatives.

Le miel n’est pas du sucre pur. Il contient également de l’eau, de petites quantités de micronutriments et des composés antioxydants qui varient selon le type de miel.

En prenant la même quantité comme référence, on constate que 21 grammes de sucre granulé commun fournissent environ 80 calories et pratiquement aucun nutriment.

Une autre différence à prendre en compte est la valeur de l’indice glycémique (IG), c’est-à-dire la vitesse à laquelle un glucide particulier peut faire augmenter le taux de sucre dans le sang. Le miel aurait un IG de 58, une valeur légèrement inférieure à l’IG du sucre (IG=60).

Selon la classification de l’indice glycémique, les deux valeurs se situent dans la fourchette moyenne de l’échelle, bien qu’elles puissent atteindre la fourchette haute selon le type de sucre ou de miel.

Mais allons un peu plus loin et voyons ce qu’il advient de la valeur de la charge glycémique (CG), c’est-à-dire l’indicateur qui nous permet d’estimer l’impact d’un aliment sur le taux de glucose dans le sang.

En prenant 28 grammes comme portion, on constate que le miel a une CG de 14, tandis que le sucre a une CG de 19.

Note : Toutes les valeurs mentionnées ci-dessus peuvent varier en fonction de chaque type de miel ou de sucre particulier.

Des sources spécialisées, comme l’Association américaine du diabète, affirment que les diabétiques devraient encourager la consommation d’aliments et d’ingrédients à faible indice glycémique pour mieux gérer leur maladie.

Que signifie donc tout cela ?

Cela signifie que le miel d’abeille n’est pas très différent du sucre de table, et bien qu’il contienne moins de glucides, moins de calories, et que ses valeurs IG et CG soient légèrement inférieures, le fait est qu’elles sont toujours considérées comme élevées ; par conséquent, une consommation inadéquate peut déstabiliser les niveaux de glucose chez les personnes diabétiques.

Mais que nous disent les preuves scientifiques ?

Comment le miel affecte-t-il votre taux de sucre dans le sang ?

Après tout, il y a peut-être de bonnes nouvelles pour les amateurs de miel. Jusqu’à présent, nous avons vu pourquoi le miel est une forme de sucre naturel qui pourrait saboter la bonne gestion du diabète.

Cependant, de nouvelles études le décrivent sans aucun doute comme une meilleure alternative au sucre classique :

  • Suite à une étude comparative entre des personnes en bonne santé et des patients atteints de diabète de type 1, les chercheurs ont rapporté que le miel avait provoqué une première augmentation du sucre dans le sang 30 minutes après sa consommation, mais qu’il avait ensuite diminué, restant stable pendant 2 heures. Cela a amenés les chercheurs à penser que le miel, contrairement au sucre de table, peut provoquer une augmentation de l’insuline et donc un meilleur contrôle du glucose dans le sang.
  • Une étude similaire menée en 2012 a indiqué que, par rapport au saccharose, le miel était moins susceptible d’augmenter le taux de sucre dans le sang. L’équipe de recherche a conclu que le miel pourrait avoir un rôle dans les futurs traitements visant à améliorer la fonction des cellules bêta du pancréas, qui sont responsables de la production d’insuline.
  • Une revue de plusieurs études publiées en 2017 a également exploré le lien entre le miel et la glycémie chez les personnes atteintes de diabète. Les auteurs ont constaté que le miel avait des effets très positifs, notamment une diminution du glucose à jeun, une amélioration de la fonction du pancréas et une amélioration des mesures du glucose postprandial (après les repas).
  • Une étude récente, menée en 2018, a conclu que le miel peut être utile dans le traitement du diabète de type 2, car il présente un certain pouvoir hypoglycémiant.

Bien que ces résultats sur le miel et le diabète semblent très prometteurs, les chercheurs avertissent que des études à plus long terme sont encore nécessaires pour confirmer ces effets et établir des dosages bénéfiques chez l’homme.

Des études sur les humains et les animaux ont donné des résultats mitigés lorsqu’on a ajouté du miel au régime alimentaire des diabétiques de type 1 et de type 2. Leur consommation est dite “bénéfique” au mieux et “neutre” au pire.

La consommation de miel a-t-elle des effets bénéfiques sur le diabète ?

En plus de la capacité supposée à augmenter le niveau d’insuline et à aider à contrôler le sucre dans le sang, on pense que la consommation de miel peut avoir d’autres avantages pour les diabétiques et la population en général.

Comme on l’observe depuis l’Antiquité, le miel d’abeille pur a des propriétés antioxydantes, antimicrobiennes et anti-inflammatoires.

Une consommation modérée, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et d’un mode de vie sain, peut aider à :

  • Améliorer la façon dont votre corps métabolise le sucre.
  • Lutter contre l’insulinorésistance.
  • Combattre les processus inflammatoires et prévenir les complications typiques du diabète et du syndrome métabolique
  • Renforcer le système immunitaire et prévenir les infections courantes
  • promouvoir la guérison rapide des blessures et des plaies

On attribue au miel des bienfaits antidiabétiques, une action antioxydante et un effet réducteur sur les marqueurs inflammatoires de l’organisme.

Miel dans un régime pour diabétiques : quelle est la quantité recommandée ?

Le miel est riche en sucres simples… et le sucre est du sucre. Bien qu’il soit prouvé que le miel d’abeille a un certain potentiel anti-hyperglycémique, il reste encore beaucoup à comprendre à ce sujet. En tant que diabétique, il est toujours sage de réduire le sucre ajouté dans votre alimentation et de limiter votre consommation de glucides simples.

En ce qui concerne les personnes diabétiques, la recommandation actuelle sur la consommation de miel est la suivante : toujours le faire avec modération et éviter une consommation fréquente. Contrôler les quantités, en essayant de ne pas dépasser ½ – 1 cuillère à café comme portion.

Considérez que le miel est naturellement plus sucré que le sucre, vous n’avez donc pas besoin d’en ajouter autant pour en sentir le goût. ½ cuillère à café suffira pour sucrer une tasse de thé, un bol de gruau cuit, une portion de yaourt grec ou un jus vert fait maison.

Dans la mesure du possible, combinez la consommation de miel avec des grains entiers, des protéines, des aliments riches en fibres, des noix et des graines recommandés pour les diabétiques. Si vous l’utilisez pour sucrer des produits de boulangerie, n’ajoutez que la moitié ou le tiers de la recette.

Avertissements et risques éventuels à prendre en considération

  • Évitez de manger du miel ou d’autres édulcorants similaires si votre diabète n’est pas contrôlé. Leur consommation peut déstabiliser le taux de glucose sanguin.
  • Une consommation excessive de miel peut contribuer au surpoids, non seulement chez les diabétiques mais aussi chez les personnes en bonne santé.
  • Choisissez toujours du miel pur et de préférence biologique. Ce miel est considéré comme le plus sûr pour le diabète car il ne contient pas de sucre ajouté. De nombreux miels transformés sont connus pour contenir des sucres et des sirops ajoutés, ce qui peut avoir un effet néfaste sur le taux de sucre dans le sang.
  • Le miel brut n’ayant pas été pasteurisé, sa consommation n’est pas recommandée pendant la grossesse. Cela vaut aussi bien pour les femmes enceintes en bonne santé que pour les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel.
  • Considérez que certaines personnes peuvent être allergiques au miel (allergie au pollen ou à certaines protéines dérivées des sécrétions des abeilles). Les symptômes courants dans ce cas sont l’irritation de la peau, les vomissements et la diarrhée, les éternuements, etc.
  • Il est recommandé aux diabétiques et aux personnes souffrant de tout problème de santé de consulter leur médecin avant d’utiliser le miel d’abeille comme édulcorant habituel.

Note : Il convient de mentionner que l’administration de miel aux enfants de moins d’un an est contre-indiquée en raison du risque de botulisme.

Est-il conseillé de remplacer le sucre par du miel si je suis diabétique ?

Étant donné que le sucre et le miel sont tous deux riches en sucres simples et que leur consommation excessive est contre-productive chez les personnes diabétiques, vous pouvez toujours remplacer le sucre de table raffiné par un édulcorant plus naturel et plus brut comme le miel d’abeille mais la vérité est qu’en général, cela ne fait pas une grande différence.

Un aspect positif qui pourrait être souligné en faveur du miel est que, étant plus sucré que le sucre, il nous aide à en utiliser de plus petites quantités ; cependant, cela ne garantit pas une réduction significative de l’apport en glucides ou du nombre de calories, car on sait que le miel fournit presque la même quantité, voire parfois plus, de sucres par portion par rapport au sucre granulé.

En général, il est recommandé aux diabétiques d’opter pour des édulcorants plus sûrs, tels que la stévia, mais si nous devions choisir entre le sucre et le miel, la meilleure option serait le miel d’abeille pur. C’est un édulcorant 100% naturel, qui, outre le fructose, le glucose et d’autres sucres, fournit également des vitamines, des minéraux, des enzymes, de l’eau et des fibres.

Remarque : utilisez le miel avec modération, en veillant à prendre en compte les glucides qu’il ajoute à votre plan de repas quotidien pour le diabète.

Selon la Clinique Mayo et d’autres sources médicales, remplacer le sucre par du miel n’a pas de réel avantage dans un régime alimentaire pour diabétiques.

Quelles sont les différences entre le miel brut et le miel transformé ?

Le miel brut, ou miel non filtré, est celui qui est extrait de la ruche et commercialisé sous sa forme la plus naturelle. En général, il est seulement filtré pour éliminer les impuretés. Ce miel n’est pas cuit ni traité d’une autre manière ; étant cru, il conserve tous ses éléments nutritifs et ses propriétés pour la santé.

Pendant le voyage de la fleur à la ruche, les abeilles enrichissent le nectar récolté avec des enzymes spéciales qui commencent immédiatement à agir comme conservateurs.

D’autre part, le miel transformé, celui que l’on trouve habituellement au supermarché, est le résultat d’un processus de filtrage et de pasteurisation (exposition à des températures élevées). De cette façon, les producteurs sont assurés de détruire les levures éventuelles et de prolonger leur conservation. Il a généralement un goût plus doux et une concentration plus faible en nutriments et en composés antioxydants.

Avertissement. Certains fabricants mélangent ce miel transformé avec des sucres et des sirops ajoutés, puis le commercialisent comme un produit 100% naturel. Que vous soyez diabétique ou non, vérifiez bien la liste des ingrédients pour trouver du vrai miel.

Est-il vrai que le miel prévient le diabète de type 1 ?

Bien que plusieurs études aient observé que le miel peut avoir un effet de réduction de la glycémie, ainsi qu’augmenter les niveaux d’insuline et aider à prévenir le développement du diabète de type 1, la vérité est que les preuves disponibles jusqu’à présent ne sont pas considérées comme solides.

D’autres études sont encore nécessaires pour évaluer les mécanismes d’action possibles du miel dans l’organisme.

Dernières réflexions

Prendre une petite portion de miel peut être sans danger pour la plupart des diabétiques, à condition que cela fasse partie d’un régime alimentaire équilibré, d’un mode de vie sain et que votre diabète soit maîtrisé. Si vous êtes diabétique ou pré-diabétique, la modération est de rigueur.

Si vous en consommez, veillez à choisir un miel cru, pur et certifié biologique. Enfin, il est toujours conseillé de consulter votre médecin ou votre nutritionniste avant d’inclure le miel dans un régime alimentaire pour diabétiques.

Pour aller plus loin…

Pour en apprendre plus sur le diabète vous pouvez lire :

Références et ressources :
  • Sgobba, C. (s. d.-a). Honey Nutrition Facts & Calories. Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://nutritiondata.self.com/facts/sweets/5568/2
  • Sgobba, C. (s. d.-c). Sugars, granulated [sucrose] Nutrition Facts & Calories. Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://nutritiondata.self.com/facts/sweets/5592/2
  • Effects of honey, sucrose and glucose on blood glucose and C-peptide in patients with type 1 diabetes mellitus. – PubMed – NCBI. (s. d.). Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23337559
  • Honey and diabetes mellitus: Obstacles and challenges – Road to be repaired. (s. d.). Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1319562X16302066
  • Bobiş, O. (s. d.). Honey and Diabetes: The Importance of Natural Simple Sugars in Diet for Preventing and Treating Different Type of Diabetes. Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.hindawi.com/journals/omcl/2018/4757893/
  • Honey and Health: A Review of Recent Clinical Research. (s. d.). Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5424551/
  • Botulism. (s. d.). Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.healthychildren.org/English/health-issues/conditions/infections/Pages/Botulism.aspx
  • Diabetes foods: Can I substitute honey for sugar? (s. d.). Consulté le 8 mars 2020, à l’adresse https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/diabetes/expert-answers/diabetes/faq-20058487
Publicité